236
Célia Houdart - art&fiction Célia Houdart
Eveil des oiseaux 230 x 170 mm, 104 pages
Contributions de Graziella Antonini, André Baldinger, Olivier Bouillère, Clélia Nau, Camille Saint-Jacques
art&fiction publications, Parc Rousseau, 2015
978-2-940377-88-6
CHF 27 / € 24

Commander

C’est au milieu d’une nature bruissante que le point d’articulation entre la vie et l’art apparaît au rêveur solitaire.
Les oiseaux du titre sont pour Célia Houdart une façon de placer les présences humaines (la sienne et celle de ses invités) parmi d’autres règnes. L’animal. Le végétal. Le minéral. Non pas au centre. Mais parmi le vivant.
La résidence de Célia Houdart dans le parc Jean-Jacques Rousseau, ce «séjour parmi le vivant» lui a paru l’occasion rêvée de tenir un journal. Elle a désiré aussi recevoir des invités venus d’horizons divers et dont elle se sent proche. Elle avait envie de partager ce lieu et la proposition qui lui a été faite d’y séjourner. Un écrivain, un peintre, une historienne de l’art, un graphiste-typographe et une photographe ont été les hôtes de l'auteure pour quelques heures ou plusieurs jours dans le petit pavillon que l’on a mis à sa disposition au bout du parc. Elle y a tenu salon donc, comme c’était l’usage au XVIIIe siècle. Les échanges avec ses invités ont pris la forme de conversations, lettres, et photographies. Ils aboutiront à ce livre réalisé par André Baldinger, concepteur visuel et typographe suisse.

Direction de publication: Stéphane Fretz
Conception éditoriale: Célia Houdart
Conception du livre et mise en page: André Baldinger
Relecture: Célia Houdart, Marie-Claire Grossen
Photolithographie: Roger Emmenegger, Datatype SA, Lausanne
Impression et reliure: La Buona Stampa, Pregassona

Cet ouvrage est co-édité avec le Parc Rousseau et paraît avec le soutien du Canton de Vaud, de la Ville de Vevey et de la Fondation Jan Michalski pour l'Ecriture et la Littérature.

------------------------
REVUE DE PRESSE
------------------------

DE L'ART HELVETIQUE CONTEMPORAIN, 06/06/2015
«Célia Houdart la belle captive». par jean-Paul Gavard-Perret
Lire l'article