CCP 04/09


«Histoire de ma montre casio», par Christian Désagulier

Paradoxal pour un helvète que le monde tienne dans une montre japonaise. Exubérante de complexités, cette montre bracelet en caoutchouc protubérant que porte le narrateur, et la perd. L’histoire de ces pertes et rachats successifs : une histoire de désir et de (dé)possession. Avec Olofson, Jocelyn, Formic et Abdel Cader1, l’auteur y marelle d’est en ouest à cloche-seconde, vire à saute-océans, dans de drôles d’endroits perdus : notre monde. L’image de précision extractrice de sourire est la marque de fabrique de ce livre à quartz pourvu de roues d’échappement. Ah, cette scène beckettienne de récurage d’un squelette de baleine mexicaine à l’eau de javel et celle autour d’un capot de voiture qui baille en plein djebel druze. Et puis il y a les dessins de Pascale Favre, sous le trait de qui toutes les baies du monde se transforment en montre bracelet et toutes montres en 3 coups de crayons avant que la gomme.

1. Il y a du film de Laloux et Moebius dans ce conte humoresque.